Découverte de l'histoire de l'ancienne abbaye cistercienne de Bonlieu- Sallenôves qui fêtait ses 850 ans -  9 mai 2015

 

Grâce à la grande gentillesse de Michel et Gilles Dupont, propriétaires actuels, l'association ''lo z'amis d' Sallenûve''  a pu réunir une assemblée nombreuse sous un soleil bienvenu, autour de la découverte de la vénérable Abbaye de Bonlieu. Devenue simple ferme depuis la fin du 18ème, elle fêtait ce 9 mai ses 850 ans à 3 mois près.

 visite abbayeLe 24 janvier 1165, Amédéus 1er Comte de Genève par acte signé en son château de la Balme (de Sillingy) fondait l'Abbaye Notre Dame de ''Boni Loci'' dans l'ordre cistercien de St Bernard, pour filles et femmes de familles nobles de la région. La même année, l'Abbaye cistercienne du Betton (Savoie) , fille de Tamié la fonde en son propre ordre et leur envoie leur première prieure, Algarde. Les cisterciennes trouvent en cette vallée ce qui leur importe: terres, bois, eau et carrières pour la construction. Elles trouvent aussi de quoi suivre la règle des trois S, silence solitude et simplicité.

 fenêtre abbayeL'Abbaye sera édifiée dans le plus grand dépouillement architectural propre aux cisterciens car ''rien ne doit distraire l'oeil du religieux, de l'essentiel''. Le seul ornement de la façade est la trèshaute fenêtre en plein cintre, car'' seule la lumière venue d'en haut mérite d'être glorifiée''. Pas de vitrail coloré ou historié, pas de peinture, pas de décor, ni à l'intérieur, ni à l'extérieur, accompagnent une vie religieuse faite d'ascèse de prières et de charité. Dans la grange munie de bancs, Françoise Marié, vice présidente de l'association raconte avec brio leur histoire accompagnée de nombreux détails,avant de faire faire une lecture de l'édifice par l'extérieur.

 les nones

Ces moniales venaient du monastère bénédictin de Chamarende aux confins de Chilly et Mésigny édifié au 11ème et qui au 12ème siècle subit un débordement du torrent Jamaloup, provoquant un glissement de terrain qui effondre leur église, des bâtiments et des terres. François Mugnier, historien émet l'hypothèse qu'elles purent se réfugier à Bonlieu dans un édifice modeste ayant appartenu à des chanoines Augustins qui auraient rejoint le prieuré d'Entremont fondé en 1115 par des chanoines Augustins venus d'Abondance.

Des dons nombreux et divers des Comtes de Genevois, des évêques de Genève, de la maison de Savoie, des seigneurs de Sallenove, de seigneurs proches et de gens modestes affluent entre 12ème et 13ème siècle surtout, et les Abbesses auront à gérer un véritable fief féodal peu homogène.

Y a-t-il eu affluence de demandes pour entrer dans cette Abbaye ? Elle crée très rapidement une Abbaye fille, Notre Dame du Mont qui deviendra Ste Catherine où émigrent plusieurs moniales.visite extérieure

Quand au 16ème siècle arrivent les guerres des Usses et de religion, le couvent subit les exactions des Bernois 2 fois dans le siècle plus un incendie en 1593. St François de Sales les incite à déménager à Annecy. Après un nouvel incendie en 1628 et les menaces de peste à Chetonay (Sallenôves) et Contamines, vers 1640 ou 43 elles achètent et sont installées en 1648 rue du bœuf,(rue Carnot), église faite dans l'ancienne écurie. Elles gardent encore "Bonlieu des champs" avec ''un mange à part'' d'une moniale et de domestiques pour la basse-cour, le soin des bêtes et autre travaux des champs;

Le nouveau lieu est petit pourtant ; en 1667, elles sont 18 professes, 2 novices plus les converses et les domestiques. En 1754 ; elles achètent pour s'agrandir le bâtiment que laissent les Bernardines au Pâquier, où les moniales de Ste Catherine les rejoindront 10 ans plus tard.

Mais en 1792, la révolution entre à Annecy, en 1793 c'est la république et cette même année alors que leur église est déjà remplie de foin, les moniales partiront une à une avec en poche 700 fr. en assignats pour rentrer dans leur famille. Les dernières à quitter le navire en octobre seront l'Abbesse et la prieure 80 et 84 ans.

C'est de notre Bonlieu-Sallenôves que le quartier et le centre culturel d'Annecy tiennent leur nom.

 dessin abbaye début 20°

 

 visite abbaye