Origine et premiers temps du village

 

Territoire des Gaulois Allobroges, l'occupation romaine établit la villae-ferme ''Capitonem'' (fondé par Capito) et son domaine, organisation reprise par les Burgondes venus pacifiquement en Sapaudia au 5ème siècle.

De cette base naîtra la première communauté, lorsqu'un système de ''manse'' (partageant des terres du domaine) est mis en place par les Mérovingiens dès le 6ème siècle, repris par les Carolingiens. Sur les parcelles ou tenures allouées à vie aux serfs, esclaves affranchis et paysans libres du domaine, (contre corvées dues sur la moitié restant au propriétaire), maisons et curtils ou jardins clos de haies sont assemblés en bout de plateau, près des sources. Le nom de ''Bromo", issu de Bromanus, Dieu allobroge des eaux est encore utilisé pour l'une de ces sources aux 15ème et 16ème siècle.

Quant aux maisons ou cabanes, disparues car en bois, toutes pourvues du curtil clos de haies, c'est leur présence qui va fonder le lieu-dit des Curtils en cet endroit.

planA l'autre bout du terriroire, le Marterey, cimetière romano-burgonde, les Chapelles et les Chavannes, marquent les limites et l'ancienneté de cette communauté.

Aux environs de 1850, un Dupont Jean Claude a trouvé un pied et un bras de bronze plus grands que nature, dans son champ, (dixit J.P.Pollier) dernière manifestation connue de la présence romaine en ces lieux, hors les tessons de tuiles à rebord spécifiques de cette civilisation.

La communauté village s'est ainsi formée petit à petit. ''Capitonem'', par évolution de la langue, est devenu Chetoney, lorsque ''cap'' la tête,  est devenu ''chef'' toujours la tête. Ce nom n'apparaît pour la première fois écrit, qu'en 1160, sur le parchemin de donation des seigneurs de Aulanova aux Dames de Boni Loci (Bonlieu).parchemin

Au village, une chapelle ou petite église est attestée en 1267 où un prêtre Pierre y est mentionné lors d'une donation.

portaitFaisant partie du Genevois, Chetoney est propriété des évêques de Genève et n'est donné au Seigneur Aymon de Sallanova qu'en 1303. Sans doute les échanges entre village et château n'ont pas attendu ce 14ème siècle pour s'établir, mais nous manquons de documents. Au 14ème siècle nous savons que la localité est devenue ville étape sur la route venant de Genève. Des auberges dont l'auberge Treïna peut accueillir Bonne de Bourbon et sa suite (150 chevaux, 13 chars, serviteurs et conducteurs).

Dès 1405, Guigues de Sallanova obtient du Comte de Savoie, Amédée Vlll 2 foires aux bestiaux annuelles, (dont l'une perdurera jusqu'en 1950 et l'autre s'est transformée en vogue du mois de juin) et un marché hebdomadaire, ce qui draine tous les environs. Cela allait dans le sens du développement commercial et artisanal d'un village ayant peu de surface agricole.

carte postGuigues fonde aussi un hôpital ''Domum Aulenove hospitalis'' en son centminiaturere, dédié à St Georges et Ste Catherine.

Les paysans ont de faibles moyens pour des récoltes médiocres dont ils doivent encore prélever le champart, part du Seigneur. les charges s'alourdissent de redevances supplémentaires.

 

 

Découvrez notre nouvelle brochure "De Capitonem puis Chetonay à Sallenôves"               

présentation livre

 

 La vie paysanne  

autour du château et de l'abbaye : le village, 
la vie et la condition des paysans, difficultés et évolutions.

Depuis les  Romains jusqu'au XVIIème siècle

suite à la conférence de septembre 2013 faite
par 
Françoise Marié, professeur d'arts plastiques

à commander auprès de l'association  : 12 euros + frais d'envoi